TTIP : le début de la fin pour ces accords impopulaires

Le Traité Transatlantique pourrait ne pas aboutir avant 2017 (voir jamais).

De nombreuses raisons empêchent sa signature rapide

Du côté américain, c’est l’élection présidentielle qui impose à l’administration Obama de ne pas trop avancer dans les négociations. En effet, le Président ne souhaite pas compliquer la campagne de Mme Clinton contre le populiste Trump, déjà inquiétée par une enquête fédérale. Puis après les présidentielles, le Congrès Américain devra être renouvelé. Bref, rien de bien simple pour le TTIP de ce côté de l’Atlantique.

En 2017, c’est la France qui sera en pleine élection présidentielle : le président sortant, M. Hollande, voudra-t-il supporter le TTIP, très impopulaire ? Notons déjà que des membres du gouvernement – jusqu’au Premier Ministre lui-même – émettent des réserves à ce sujet.

Enfin, le Brexit reste la priorité de l’UE. Impossible de passer à un autre sujet tant que le départ du Royaume-Uni n’est pas acté.

Les enseignements de cet abandon

Si les négociations n’ont pas aboutie, c’est en partie grâce à la mobilisation de l’Opinion publique. C’est un signe que les peuples d’Europe peuvent s’unir, s’entendre sur des sujets importants qui les concernent tous.

Aussi, la faiblesse des institutions de l’UE doit être évoquée, ainsi que la désunion des Etats-Membres. Impossible dans ces conditions de négocier efficacement face à la superpuissance américaine.

Finalement, l’abandon du TTIP est encore l’occasion d’appeler les dirigeants à faire attention aux ravages d’une mondialisation débridée. I vaut mieux tenter de construire une Europe Sociale, plus à même de protéger les plus démunis face à la concurrence internationale.

 

Pour aller plus loin :

Le Soir.be – Négocier le TTIP devient caduc avec le Brexit. (réservé aux abonnés)

Advertisements

Non, le « Brexit » ne marque pas la fin de l’Union Européenne, la bataille ne fait que commencer

Les résultats du référendum sur l’avenir du Royaume-Uni dans l’Union Européenne furent un choc. Il faut maintenant repenser l’action des institutions de Bruxelles.

Continue reading “Non, le « Brexit » ne marque pas la fin de l’Union Européenne, la bataille ne fait que commencer”

Cette semaine en Europe : Les propos racistes du 1er ministre slovaque

La Slovaquie à la présidence de l’Union Européenne

A partir du mois prochain, la présidence tournante de l’UE sera à la charge de la Slovaquie. Pour six mois, le gouvernement Slovaque dirigera les principaux dossiers européens et principalement ceux du Brexit (suite au référendum du 23 juin) et de la crise migratoire. Continue reading “Cette semaine en Europe : Les propos racistes du 1er ministre slovaque”

Des subventions européennes pour les néo-nazi ?

Comment une formation néo-nazi a su berner le Parlement Européen pour financer une conférence.

Euractiv Deutschland a révélé comment un parti europhobe, l’Alliance pour la Paix et la Liberté (APF) a pu bénéficier de subventions européennes pour organiser un meeting à Stockholm. Continue reading “Des subventions européennes pour les néo-nazi ?”

Referendum aux Pays-Bas : Le refus de l’association à l’Ukraine

Les Pays-Bas refusent d’accepter l’accord d’Association entre l’UE et l’Ukraine.

Hier, les citoyens néerlandais devaient s’exprimer, au travers d’un referendum, sur l’élargissement du libre-échange européen à l’Ukraine, nouveau partenaire de l’Union. Continue reading “Referendum aux Pays-Bas : Le refus de l’association à l’Ukraine”